Home sweet home

Le coût de la vie.

- Superbe illustration de Raphaël PAVARD -

 

Le parisien s’offusque du prix de la baguette de pain. Du prix de la place de ciné. Mais il continue, inlassablement, à acheter son pain pour agrémenter ses rares repas à la maison. Le resto, c’est quand même vachement plus pratique, non ? Et il continue à payer plus de 10€ sa place de ciné. Enfin, comme le parisien est « in » et intello (ça commence pareil) il a pris sa carte à l’UGC et paye 18€ par mois pour se rendre autant de fois qu’il veut dans les salles obscures. Donc, si on ajoute les 2€ de sa baguette de pain Paul à son abonnement UGC on atteint 20€.

Reformulons.

20€ c’est un t-shirt chez H&M sympa, qu’on ne peut s’empêcher d’acheter, même si on ne le mettra qu’une fois. 20€ ce sont les deux mojitos que le parisien et son pote vont boire tout-à-l’heure à une terrasse de café, pour profiter des derniers rayons du soleil hivernal.

20€ pour le parisien branché, c’est 10% de son abonnement mensuel dans la salle de sports du premier arrondissement.

200. C’est dix fois ce qu’il faut. Soit le nombre de potes que le parisien a sur Facebook. Et à qui il ferait mieux de se dépêcher de transmettre l’info : 20€ c’est ce qu’il faut donner chaque mois pour créer du lien social.

Je m’explique. On a dit que le parisien était intello, pas devin. Non mais !

 

Alors 20€ par mois permettent de financer un logement pour un sans-abri. Le parisien a donc intérêt à trouver 100 amis (trop facile !) pour participer à cette association et penser à ceux qui n’ont rien. Ni morceau de pain. Ni film en avant-première.

Générosité gratuite.

Générosité payante.

Bah oui, parce qu’en plus 20€ par mois, c’est défiscalisé par l’Etat. Si, si, je vous garantis. Ce qui, une fois déduction d’impôt coûte réellement au parisien : 5€ par mois.

C’est quoi 5€ ? Le prix d’un MC Do ? Un vernis chez Sephora ? On n’a rien aujourd’hui avec 5€. Bah si. J’ai un scoop. De l’espoir et une insertion sociale professionnelle pour un sans-abri.

 

Pour ceux qui en ont marre de donner sans savoir où ça va, pensez « Toit à moi ». Jolie association pour vous, pour moi, pour tous ceux que la misère n’indiffère pas.

5€ par mois c’est un toit au-dessus de la tête d’un être qui habite Paris, mais qui a eu un peu moins de chance que toi. Qui sait, un jour, c’est peut-être à côté de lui que tu boiras un mojito ?

Quand tu regardes ton loft du marais, parisien guilleret, n’oublie pas : l’accès au logement digne (même sans terrasse, je t’assure !) est la condition préalable à toute démarche de réinsertion.

A force de rêver d’être propriétaire, passez à l’action pour l’association !

 

Et sinon, y a quoi au ciné en ce moment ?

Laisser un commentaire