La catin cartonne

Gaspardproust

Gaspard Proust tapine.

Et sans pinailler on peut déclarer, dépité ou pas, que le Monsieur a du talent. Oui Marcel, longtemps je me suis couchée tard pour regarder le provocateur à la plume aiguisée.

Sa madeleine, la polémique. Jeter un froid ne lui déplaît pas, on le paye pour ça. Alors s’il fait le trottoir ce soir, Place du Châtelet, c’est pour monter haut la jupe. Faire de la retape lui va vachement bien, il tape partout et c’est son atout. Va donc voir du côté de chez Swann si il y est.

La salle gronde, l’attente est à son comble, les moteurs chauffent et du fond de la salle le gaz part. Sans un Proust, il avance sous les applaudissements, l’air contraint, désabusé. La posture est statique, le ton cynique, la gestuelle absente et le rire assourdissant.

Gaspard propose un tapin sans faute de goût, bravo à son mac Ruquier d’avoir flairé le bon coup.

Laisser un commentaire