#Roulez jeunesse

Il avait mal dans les articulations. Ça grinçait en dedans. Il marchait à petits pas mesurés, surtout ne pas tomber. Il vacillait dans les rues de Paris sur ses vieux membres fatigués qui demandaient à se reposer.

Si ça ne tenait qu’à lui, il remiserait sa canne au placard et ne quitterait pas son fauteuil. Et Brel chanterait « Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil, et puis du lit au lit ».

Mais il fallait bien sortir acheter une baguette de pain. Il en raffolait. Rien qu’à l’évocation de la mie onctueuse qui fondait sur la langue, de la croûte dorée qui croustillait sous son palais, il salivait.

Son déjeuner était invariablement le même : un casse-croûte pain beurre jambon, un petit ballon de rouge, et la sieste l’appelait les bras grands ouverts. Le soir une simple soupe en brique faisait l’affaire, dans laquelle il jetait des croûtons. Dans l’temps, son épouse lui mitonnait de vraies soupes de légumes, mais le veuvage n’avait pas fait de lui un cuisinier. En parigot impénitent, il se rendait dans la même boulangerie, Place des Petits-Pères, déjà pour le nom qu’il affectionnait, et pour le pain qui était fameux.

Alors qu’il remontait péniblement la rue Etienne Marcel pour gagner la Place des Victoires, dont il faisait toujours le tour par pur plaisir esthétique, un jeune homme le bouscula sans vergogne, le dépassa un téléphone portable greffé à l’oreille et l’insulta silencieusement, le dos tourné avec son t-shirt à message, pernicieux et sarcastique.

La bataille, puisqu’il y en avait une, semblait perdue d’avance. Le souffle coupé, les larmes gagnant ses yeux secs, il s’arrêta pour encaisser le coup. Ainsi adossé à la vitrine soldée à la recherche désespérée d’un banc pour le soutenir, il sentit le poids des années.

youth

Laisser un commentaire